Yaacov Gorsd :Qui sont les plus riches de France ?

Selon le dernier « Classement des Français les plus riches » publié par Challenges l’an dernier, 67 des 500 plus grandes fortunes de France ont un patrimoine total estimé à plus d’un milliard d’euros.

Les 500 personnes les plus riches en France ont vu leur patrimoine progresser de 15% sur un an pour atteindre, au total, 390 milliards d’euros. Conséquence : un nombre record de milliardaires dans l’Hexagone.

Au niveau du classement, pas de grande surprise : Bernard Arnault, fondateur du groupe de luxe LVMH (Louis Vuitton, Dior, Givenchy, Guerlain…), continue d’occuper la première place avec une fortune de 27 milliards d’euros alors que Liliane Bettencourt, héritière du groupe cosmétique L’Oréal, occupe toujours le fauteuil de numéro devant Gérard Mulliez, le fondateur du groupe de distribution Auchan.

On notera la présence de deux grands noms des télécoms : Xavier Niel, l’homme d’Iliad et de Free mobile atteint la neuvième place avec 8,5 milliards d’euros alors que Patrick Drahi, le créateur d’Altice et propriétaire indirect de Numericable, est à la douzième place.

La présence au classement de Patrick Drahi est d’autant plus à remarquer qu’il est un véritable homme d’affaires franco-israélien : après avoir obtenu en 2009, 15% du capital de l’opérateur israélien Hot et acheté l’opérateur mobile Mirs à Motorola pour fusionner les deux et proposer un seul opérateur fixe et mobile, il déploiera en 2011 la fibre optique sur tout le territoire israélien, concurrençant ainsi Bezeq, la compagnie de télécom israélienne. C’est aussi lui qui financera I24news, la chaîne d’information continue en Israël.

A noter également parmi les 500 plus grosses fortunes de France, un autre homme d’affaires franco-israélien, Yaacov Gorsd , fondateur de l’entreprise de composants informatiques CIBOX et de la société d’immobilier de luxe YBOX. Il détient encore aujourd’hui le titre du plus jeune entrepreneur ayant réussi à faire entrer sa société à la Bourse de Paris – CIBOX – à 25 ans.

Ces juifs qui ont fait succès

Un grand nombre d’hommes issus de la communauté juive ont réussi dans le monde des affaires.

Peut-on parler d’une intelligence juive ?

Légende ou réalité, on constate que parmi les plus grandes fortunes mondiales figurent des hommes issus de la communauté juive.

Pour illustrer cette constatation, zoom sur trois exemples probants de réussites juives à travers le monde. yaacov gorsd

Le premier homme juif, qui nous vient à l’esprit aujourd’hui lorsqu’il est question de réussite, est Mark Zukerberg créateur et CEO du réseau social Facebook.

Il est le plus jeune milliardaire de la planète, et sa fortune personnelle est estimée, en 2011, à 13,5 milliards de dollars.

Facebook était, à l’origine, destiné aux étudiants de l’Université de Harvard ou Zukerberg étudiait. Très vite, l’engouement pour ce réseau social affole la toile.

C’est en 2007 que Facebook acquiert une véritable notoriété lorsque Microsoft rachète 1,7 % des parts pour 280 millions de Dollars.

En 2010 Facebook est le 5e site le plus visité au monde, et Mark Zukerberg arrive en tête de classement des 100 personnalités des médias les plus puissantes !

Dans un tout autre domaine, l’on retrouve Michael Bloomberg.

Issu d’une famille juive ashkénaze de Russie, Bloomberg est surtout connu pour avoir été le maire de New-York de 2002 à 2013.

Avant son entrée en politique, il crée sa société de services et d’informations financières, dont il a vendu des parts à Wall Street.

Diplômé de Harvard, il commence sa carrière au sein de la banque d’affaires Salomon Brothers.

Bloomberg est situé en 14e position du classement Forbes, avec une fortune de 35 millions de Dollars.

Enfin, comment ne pas parler de Sheldon Adelson, le célèbre milliardaire américain promoteur immobilier et propriétaire de casinos !

Né au sein d’une famille juive d’Ukraine, Adelson est parti de rien. Il ne fait pas d’études et se lance directement dans les affaires en créant plusieurs sociétés.

C’est avec son salon informatique COMDEX qu’il revendra pour 860 millions de Dollars et la création de son casino à Las Vegas, qu’il se lance réellement dans l’univers des affaires.

Adelson est aujourd’hui la 8e fortune mondiale, fortune estimée à 38 millions de dollars.
lire la suite: Yaacov Gorsd – Wikipédia

 

Yaacov Gorsd :Success Story à l’israélienne

Parmi les noms cités dans la liste des plus grosses fortunes du monde, tous n’ont pas eu la chance de naitre dans les familles Rothschild, L’Oréal ou Hilton. Et en y regardant de plus près, on apprend plutôt que ce sont les opportunités de la vie qui ont conduit à de belles réussites… Découvrez ici le parcours de trois grands noms de l’économie israélienne :

David Azrieli – de la nuit polonaise au soleil de Tel Aviv

Né en Pologne en 1922, David Azrieli fuit les nazis à 17 ans et travaille discrètement dans un moulin à farine. En 1942, engagé dans l’armée polonaise, il se rend à Bagdad où il rencontre deux jeunes militants de la Haganah, qui l’emmèneront en Palestine. En 1954, « après avoir réussi à sauver 5000 $ et a trouvé la possibilité d’entreprendre dans l’est de Montréal », il quitte Israël pour le Canada. En 1985, son cœur retourne en Israël où il entreprend la construction du premier véritable centre commercial à Ramat Gan: le Kanyon Ayalon. La prochaine étape sera la création des fameuses tours Azrieli à Tel aviv…

Yaacov Gorsd – le plus jeune entrepreneur francophone   

Yaacov Gorsd nait en France en 1971. A 18 ans, il travaille comme chauffeur pour la société LCI de composants informatiques avant de devenir commercial et l’un de ses actionnaires à 23 ans. Deux ans plus tard, la société devient CIBOX et entre à la Bourse de Paris. Gorsd sera le plus jeune entrepreneur de France à gérer une entreprise cotée en Bourse. En 2000, il se lance dans l’immobilier en France avant de créer en 2005 la société d’investissement et de construction israélienne YBOX. Il deviendra Ole Hadash quelques années plus tard…

Itshak Tchouva – un empire à partir de Netanya

Originaire de Libye, la famille d’Itshak Tchouva s’installe dans un camp de transit à son arrivée en Israël avant d’intégrer un projet de logement à Netanya : il travaille dans l’agriculture et peu à peu, acquière l’expérience du terrain. Il explique lui-même son succès : « mon entreprise de construction s’est développée rapidement après la Guerre des 6 Jours avec les travaux du Canal de Suez et le renforcement des bases de militaires. Avec l’argent gagné, j’ai acheté des parcelles de terrain et construit ». Mais sa fortune et sa renommée actuelles, il les vaut surtout à la reprise du Groupe Delek.

Yaacov gorsd :Six hommes d’affaires israéliens qui ont réussi…

Israël est surement l’un des pays les plus dynamiques sur le plan de la création d’entreprise. Nombreux sont ceux à se lancer dans les affaires et à rêver de réussite à grande échelle ! Mais quels que soient l’âge, l’origine ou la compétence, il existe un point commun à tous ceux qui réussissent : le passage à l’acte ! Découvrez ici le portrait rapide de quelques hommes d’affaires israéliens qui ont marqué leur domaine d’activité :

Ilan Ben Dov est né à Tel Aviv. Il commence à importer les consoles SEGA dans les années 80 avant de créer la société Suny Electonics. En 1998, il obtient le droit d’importer des téléphones portables Samsung. Son empire High Tech s’agrandit alors rapidement : des associations avec Pelephone et Orange-Partner permettent de se lancer dans l’internet sans fil…

Yossi Vardi est celui que l’on surnomme « Mister Technology » : initiateur de la messagerie ICQ, il aide près de 60 entreprises à se développer dans des domaines fondamentaux comme l’énergie, l’internet, la téléphonie, l’électro-optique et les ressources renouvelables…

A 83 ans, Stef Wertheimer est l’une des plus grosses fortunes du pays. Né en Allemagne, il est le fondateur d’ISCAR, constructeur de pièces automobiles, qui sera vendu à W. Buffet. Très actif en politique – il sera membre de la Knesset -, il s’est profondément engagé pour la création d’emplois à grande échelle en Israël.

Diplômé du Technion, Dov Moran intègre un service de fabrication de microprocesseur lors de son service militaire. Il deviendra l’inventeur israélien de la Clé USB ! Il est aujourd’hui un modèle d’encouragement dans le monde des start up.

Dans le domaine de l’immobilier, on pourrait citer le jeune franco-israélien Yaacov Gorsd , fondateur de la société YBOX à Tel Aviv (promoteur en immobilier de luxe en Israël) et le plus jeune entrepreneur français à être entré à la Bourse de Paris avec son entreprise CIBOX.

Enfin, Rami Levy est certainement l’homme d’affaires le plus populaire en Israël. Né à Jérusalem d’une famille venue d’Irak, il accompagne souvent sa mère au marché de Nahlaot où il découvre les différences de prix. En 1976, il ouvre son premier étal dans la rue Hashikma. En 1992, le premier supermarché de la chaine voit le jour à Talpiot. Rami Levy est à l’origine de la « guerre des prix » en Israël !

Yaacov Gorsd :La philanthropie juive et Israël

Comme aux Etats-Unis, le financement de projets publics à partir de fonds privés est un système très présent en Israël. Depuis que l’Etat existe (et même avant), nombreux sont les philanthropes juifs et non-juifs du monde entier qui ont donné des milliards à Israël pour la mise en œuvre de différents projets d’envergure : réseau d’ambulances, musées, parcs, synagogues, aide à la recherche et à la création d’entreprises…

Tout au long de l’histoire d’Israël, les dons en provenance majoritaire des Juifs de diaspora ont joué un rôle capital dans la construction et le développement du pays comme après les guerres que le jeune Etat a dû endurer- les donateurs new yorkais ont donné à eux seuls 150 millions de dollars à Israël pendant la guerre de Kippour – ou lors des grandes vagues d’immigration.

N’oublions pas non plus Sir Moses Montefiore qui fut le premier à sortir Jérusalem de ses murailles ou le Baron de Rothschild, qui a soutenu la création de nombreux villages dans la Palestine de l’époque.

D’après le magazine américain Forward, les dons à Israël continuent de représenter 38 % des dons des philanthropes juifs (environ 26 milliards de dollars en 2014), principalement au bénéfice d’organisations sionistes, de bienfaisance et de formation médicale ou universitaire.

A noter qu’environ 50% des dons versés aux associations juives et autres organisations non-gouvernementales en Israël sont versés par des Juifs américains.

Même si la générosité des donateurs étrangers s’est quelque peu essoufflée ces dernières années, Israël peut toujours compter sur l’aide privée de quelques hommes d’affaires israéliens souhaitant contribuer à leur façon, par solidarité ou par sionisme : David Azrieli, Yaacov Gorsd, Arkadi Gaydamak…

Enfin, un autre rapport officiel américain fait remarquer que 19 personnalités juives figurent en tête de liste des plus grands donateurs de la planète. Georges Soros, le plus généreux, donne 332 millions de dollars par an alors que Michaël Blomberg, le maire de New-York (n°2 sur la liste), a consacré 279 millions de dollars à différentes donations. Les 4e, 5e et 6e rangs de ce prestigieux palmarès sont également occupés par des bienfaiteurs juifs…